Communiqués de presse

ANDREW SCHEER RÉCLAME JUSTICE POUR TORI STAFFORD

Parti conservateur du Canada | 28 septembre 2018

Ottawa (Ontario) – L’hon. Andrew Scheer, le chef des conservateurs du Canada et chef de l’Opposition, a annoncé, aujourd’hui, que les conservateurs vont tenter d’obtenir justice pour Tori Stafford et prendre des actions afin d’exiger que le gouvernement renvoie la tueuse de Tori Stafford en prison.

M. Scheer a annoncé que les conservateurs vont présenter, la semaine prochaine, une motion pendant la journée de l’Opposition, exigeant que le gouvernement condamne la décision de transférer Terri-Lynne McClintic dans un pavillon de ressourcement et exerce son pouvoir moral, juridique et politique pour renverser cette décision.

« La décision de faire sortir la tueuse de Tori de derrière les barreaux pour la transférer dans un pavillon de ressourcement sans clôtures et où vivent des enfants est honteuse, a dit M. Scheer. Les Canadiens sont scandalisés et les parlementaires, en tant que représentants élus, ont le pouvoir d’agir. Je presse tous les Canadiens de communiquer avec leurs députés pour exiger qu’ils soutiennent cette motion visant à remettre la tueuse de Tori derrière les barreaux, là où est sa place. »

McClintic a été condamnée à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans pour son rôle dans le viol et le meurtre de Stafford en 2009. Bien qu’elle ait servi sa peine dans une prison à sécurité maximale, elle a été transférée dans un pavillon de ressourcement en décembre 2017.

« Un vote contre cette motion est un vote pour laisser une tueuse d’enfant dans un établissement sans clôtures, avec des enfants, a dit M. Scheer. Si vous voulez que la tueuse de Tori retourne derrière les barreaux, communiquez avec vos députés pour le leur faire savoir. »

Pour obtenir plus d’information :

Daniel Schow - (613) 286-1050 - Daniel.Schow@parl.gc.ca

Virginie Bonneau - (613) 294-8150 - Virginie.Bonneau@parl.gc.ca

DOCUMENT D’INFORMATION

Libellé de la motion :

Attendu que Terri-Lynne McClintic a été reconnue coupable de meurtre au premier degré dans l’horrible affaire d’enlèvement, de viol et de meurtre de Tori Stafford, huit ans, et a été transférée d’un établissement sécurisé à un pavillon de ressourcement sans clôtures et où le gouvernement a confirmé la présence d’enfants, il est entendu que la Chambre des communes condamne cette décision et exhorte le gouvernement à exercer son pouvoir moral, juridique et politique pour assurer que cette décision est renversée et ne peut se reproduire.

Une note rédigée à la hâte par le ministère de la Justice affirme que le gouvernement a les mains liées. Mais ce n’est pas vrai. Le gouvernement a le pouvoir moral, juridique et politique d’agir pour corriger cette injustice. Par exemple :

• En vertu de l’article 6(1) de la Loi sur le système correctionnel et la remise en liberté sous condition, le ministre a le pouvoir de mandater le commissaire sur toute question. Cela comprend l’émission d’une directive selon laquelle une grande catégorie de contrevenants, dont les gens reconnus coupables du meurtre d’un enfant, ne sont pas admissible au transfert dans un établissement à sécurité minimale.

• En vertu de l’article 96(z.6) de la Loi sur le système correctionnel et la remise en liberté sous condition, le cabinet pourrait adopter un règlement limitant l’admissibilité aux établissements à sécurité minimale et aux pavillons de ressourcement. Cela pourrait s’appliquer aux gens reconnus coupables d’un meurtre impliquant un enfant.