Communiqués de presse

Les Conservateurs condamnent la sélection de Michael Lynk par l’ONU

Parti conservateur du Canada | 24 mars 2016

OTTAWA – Le porte-parole de l’opposition officielle sur les affaires étrangères, Tony Clement, et le porte-parole adjoint, Peter Kent, ont fait part aujourd’hui de leur ferme condamnation de la sélection du Canadien Michael Lynk comme « Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967 ».

La semaine dernière, MM. Clement et Kent ont envoyé une lettre ouverte au premier ministre Justin Trudeau demandant au gouvernement de faire pression contre la sélection de M. Lynk par le président du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

MM. Clement et Kent ont fait la déclaration suivante après avoir appris aujourd’hui que la sélection de M. Lynk est maintenant confirmée.

« Il est inconcevable qu’un organisme de l’ONU manque à ses propres résolutions et cible injustement Israël en nommant M. Lynk, qui a joué un rôle clé dans le Canadian Palestinian Education Exchange, un groupe qui fait la promotion d’événements comme la ‘Semaine contre l’apartheid israélien’, qui prononce des allocutions à des conférences du mouvement One State, qui vise l’élimination d’Israël, et qui veut qu’Israël soit traduit en justice pour crimes de guerre.

« Les règles du Conseil des droits de l’homme de l’ONU indiquent clairement que les critères ‘d’impartialité’ et ‘d’objectivité’ doivent être ‘d’une importance capitale’ dans le cadre de la sélection des titulaires de mandat. Il est clair que M. Lynk ne répond pas à ces exigences, et sa nomination devrait être annulée immédiatement.

« Nous avons demandé au gouvernement d’intervenir avant cette sélection, mais apparemment sans résultat. Nous savons qu’au tout début de son mandat, le cabinet du premier ministre a dit qu’il y aurait un ‘changement de ton’ dans les relations du Canada avec Israël. Est-ce que le fait de garder le silence sur cette nomination est une autre manifestation de ce changement ? Sous le gouvernement conservateur, il n’y a jamais eu de doute que le Canada reste fermement aux côtés d’Israël, qu’en fait le Canada est aux côtés d’Israël contre vents et marées. Avec le silence sur cette nomination, nous devons nous demander si c’est toujours le cas. »