Communiqués de presse

LES CANADIENS ET LES AGRICULTEURS PAIENT LE PRIX DU LEADERSHIP FAIBLE DE JUSTIN TRUDEAU SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

Parti conservateur du Canada | 29 avril 2019

29 avril 2019
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Ottawa (Ontario) – L’honorable Andrew Scheer, le chef des conservateurs du Canada et de l’Opposition officielle, a affirmé que la crise du canola au Canada est une conséquence du leadership faible de Justin Trudeau et lui a demandé de prendre trois mesures immédiates et concrètes pour rétablir le commerce du canola avec la Chine.

"Les Canadiens paient pour le leadership faible et le mauvais jugement de Justin Trudeau ", a déclaré M. Scheer. «Les producteurs de canola ne sont que les dernières victimes de ces échecs. Il a permis à la Chine de lui manquer de respect et a échoué à défendre les intérêts du Canada en matière de sécurité et d’économie. Les Canadiens méritent mieux.

Andrew Scheer exhorte Trudeau à prendre les mesures suivantes immédiatement:

  1. Nommer un ambassadeur en Chine.
  2. Augmenter l’aide financière d’urgence aux producteurs.
  3. Déposer une plainte commerciale officielle contre le gouvernement chinois.

Veuillez voir le document d’information ci-joint pour des précisions.

Le chef des conservateurs a également annoncé qu’en tant que premier ministre, il retirerait l’engagement financier du Canada de 256 millions de dollars à la Banque asiatique d’investissement en infrastructures.

Il a souligné que l'investissement de l'argent des contribuables canadiens pour soutenir des projets d'infrastructure dans d'autres pays ne visait qu’à améliorer les relations commerciales entre le Canada et la Chine.

«C’est une expérience qui a échoué», a déclaré M. Scheer. « Clairement, la Chine utilise la Banque d'infrastructure pour étendre son influence. En tant que premier ministre, je ne permettrai pas qu'on utilise l'argent des contribuables à cet effet dans un pays qui travaille contre nous. »

Andrew Scheer a aussi mis en lumière d’autres exemples de producteurs qui perdent un accès aux marchés étrangers à cause des échecs de Justin Trudeau sur la scène mondiale, notamment les restrictions sur le blé dur par l’Italie, sur les légumineuses par l’Inde et sur le blé par le Vietnam.

Au Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire de la Chambre des communes, les Canadiens ont entendu un producteur de canola de l'Alberta dire qu’il pourrait perdre jusqu’à 150 000 $ cette année si le commerce de canola avec la Chine n’est pas rétabli.

« Ses relations d’échec avec la Chine et son absence de réponse face à cette crise coûtent très cher aux agriculteurs canadiens, » a conclu M. Scheer

-30-

Pour obtenir plus d’information:

Virginie Bonneau
Virginie.Bonneau@parl.gc.ca
(613) 294-8150

Daniel Schow
Daniel.Schow@parl.gc.ca
(613) 286-1050

DOCUMENT D’INFORMATION

L’honorable Andrew Scheer, le chef des conservateurs du Canada et de l’Opposition officielle, a exhorté aujourd’hui Justin Trudeau à prendre trois mesures immédiates et concrètes pour rétablir les échanges commerciaux de canola avec la Chine.

  1. Nommer un ambassadeur en Chine

    Il y a maintenant plus de trois mois que John McCallum a été démis de ses fonctions d’ambassadeur du Canada en Chine. Le Canada est maintenant gravement sous-représenté dans l’une des capitales les plus importantes du monde. C’était dès le départ une erreur de faire une nomination aussi politique en Chine de la part de Justin Trudeau. Le moins qu’il puisse faire est de corriger ses erreurs pour que les intérêts du Canada soient représentés à Beijing.

  2. Augmenter le plafond et la période d’exonération d’intérêts du Programme fédéral de paiements anticipés (PPA)

    Le PPA permet actuellement aux agriculteurs d’emprunter jusqu’à 400 000 $, la première tranche de 100 000 $ étant sans intérêts. Le premier ministre de la Saskatchewan Scott Moe demande que cette limite soit augmentée à 1 000 000 $ et que la totalité du prêt soit temporairement sans intérêts. Cela aiderait nos agriculteurs tant que le différend commercial n’est pas réglé.

  3. Déposer une plainte auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC)

    Compte tenu de qualité de calibre mondial du canola canadien, il est évident que les mesures prises par la Chine pour punir les agriculteurs canadiens sont complètement arbitraires et ne sont nullement fondées sur des données scientifiques. Pour cette raison, et compte tenu du fait que la Chine ne veut même pas accueillir une délégation de scientifiques et d’experts agricoles du Canada, nous devrions immédiatement déposer une plainte auprès de l’OMC.