Communiqués de presse

Les Conservateurs pressent le gouvernement libéral de défendre la démocratisation en Amérique latine

Parti conservateur du Canada | 4 Novembre 2016

Pour diffusion immédiate

OTTAWA, 4 novembre 2016 – Le semaine dernière au Venezuela, les autorités électorales bafoué les droits démocratiques de la population et suspendu la prochaine phase d’un référendum de rappel exigé par l’opposition. Cette décision a été prise par des tribunaux contrôlés par le président vénézuélien Nicolas Maduro. Le gouvernement vénézuélien détient plus de cent prisonniers politiques depuis plus d’un an maintenant, dont Leopold Lopez, le chef de l’opposition.

Le porte-parole adjoint de l’Opposition officielle sur les Affaires étrangères Tom Kmiec se préoccupe vivement de cette série d’événements. « La liberté d’expression est un droit fondamental, a dit M. Kmiec. C’est un droit qui distingue la liberté de l’oppression, et les démocraties des dictatures. »

À la fin octobre, le président Maduro a rencontré le pape François, le Souverain du Vatican, qui l’a pressé de négocier avec l’opposition vénézuélienne afin de régler cette crise et d’atténuer les souffrances de la population. Rencontrant l’opposition à la demande du pape, le président Maduro a dit qu’il doit y avoir un dialogue afin de servir les intérêts du pays. Bien que ces propos semblent prometteurs, ses actes ne suivent pas et aucun progrès n’a été réalisé pour corriger la situation.

Les Conservateurs pressent le gouvernement du Canada d’exiger que le gouvernement vénézuélien libère tous les prisonniers politiques afin de montrer sa bonne foi et son respect du droit des citoyens à un référendum pour rappeler le gouvernement. Le respect de ce droit est fondamental pour la démocratie et pour assurer une plus grande abondance et une croissance meilleure dans tout pays.

« Le Canada doit jouer un rôle majeur dans la démocratisation continue de l’Amérique latine, a dit M. Kmiec. En poussant le Venezuela dans la direction de la vraie démocratie et loin de l’autocratie, nous pouvons être cette voix forte que recherchent les populations de l’Amérique latine en période difficile. »

-30-

Pour obtenir plus d’information : Saro Khatchadourian Bureau du Chef de l’Opposition officielle 613-314-4238