Communiqués de presse

Les Libéraux rejettent une motion visant à étudier l’examen de la politique de défense

Parti conservateur du Canada | 12 avril 2016

OTTAWA – Quand il a annoncé l’examen de la politique de défense, le ministre de la Défense nationale Sajjan a dit que les comités de la défense du Sénat et de la Chambre des communes joueraient un « rôle critique » dans le processus et a invité « les comités du Sénat et de la Chambre des communes sur la défense nationale à se pencher sur des questions pertinentes dans le cadre de l’examen de la politique ».

Aujourd’hui, devant le Comité permanent de la défense nationale, James Bezan, le porte-parole de l’opposition officielle sur la Défense nationale, a présenté une motion visant à étudier la stratégie et le développement d’un nouveau livre blanc et de l’examen de la politique de défense. Malheureusement, les cinq membres libéraux du comité ont voté contre la motion. En réponse, le député Bezan a fait la déclaration suivante :

« Il est décevant de voir que les Libéraux ont utilisé leur majorité pour rejeter ma motion sur l’étude du futur examen de la politique de défense. Le ministre Sajjan avait invité les comités du Sénat et de la Chambre des communes à participer à l’examen.

« L’étude actuelle du comité dans le cadre de l’examen de la politique porte uniquement sur la défense en Amérique du Nord et est axée sur l’état de préparation aérienne des Forces armées canadiennes. Nous entendons des témoins venant de différents milieux et ayant une expertise variée, et avons mené une étude similaire sur la défense en Amérique du Nord il y a un an seulement. À titre de président sortant du comité et d’ancien secrétaire parlementaire du ministre de la Défense nationale, je sais que le comité de la défense peut apporter une contribution significative à l’examen de la politique de défense.

« La décision des membres libéraux du Comité permanent de la défense nationale de ne pas étudier l’examen de la politique et faire des recommandations indique clairement que le gouvernement Trudeau a déjà arrêté sa décision et qu’il ne prendra pas les consultations parlementaires et publiques au sérieux. »