Déclarations

Des milliers d’emplois du secteur manufacturier sont à risque si les Libéraux reconnaissent la Chine comme une économie de marché : Nuttall

Parti conservateur du Canada | 5 septembre 2016

Barrie (Ontario) – Le porte-parole de l’Opposition officielle sur le Développement économique du Sud de l’Ontario, Alex Nuttall, presse le gouvernement libéral de ne pas reconnaître la Chine comme étant une économie de marché, ce qui pourrait compliquer la limitation des importations illégales au Canada.

Selon l’Association canadienne des producteurs d’acier, le fait d’accorder à la Chine le statut d’économie de marché pourrait coûter au Canada 60 000 emplois dans le secteur manufacturier, 9,1 milliards de dollars en PIB et 1,2 milliard de dollars en recettes fiscales fédérales.

« Les Conservateurs savent combien il est important que les entreprises canadiennes aient accès à de nouveaux marchés mondiaux et nationaux, a dit M. Nuttall. Cependant, il est aussi important d’assurer que toute décision gouvernementale n’a pas de répercussions négatives sur les entreprises ici au pays. »

Plus tôt cette semaine, le président et chef de la direction de Manufacturiers et Exportateurs du Canada, Jayson Myers, a envoyé une lettre ouverte au premier ministre afin de faire part de ses craintes que le gouvernement libéral ne reconnaisse la Chine comme une économie de marché.

La Chine exige que ses partenaires commerciaux lui accordent ce statut d’ici la fin de 2016, même si elle n’apporte pas les réformes de libéralisation nécessaires, qui sont des conditions préalables. Les États-Unis et l’Union européenne ont déjà fait part de leur opposition à cette demande, mais les Libéraux restent muets.

« Les Libéraux ont dit clairement qu’ils veulent que l’Ontario s’éloigne d’une économie axée sur la fabrication. Avec les hausses d’impôt et les coûts croissants de l’énergie, les manufacturiers canadiens ne peuvent pas supporter un autre coup dur », a dit M. Nuttall.

« Au lieu d’augmenter le fardeau fiscal et de prendre des mesures qui mettent les entreprises canadiennes dans une situation concurrentielle défavorable, les Libéraux doivent soutenir des politiques qui permettent au secteur privé de créer des emplois et de stimuler l’économie canadienne, » a conclu M. Nuttall.