Déclarations

L’échec de Trudeau à corriger les lacunes de la vérification de sécurité met les Canadiens à risque : conservateurs

Parti conservateur du Canada | 4 février 2019

4 février 2019
POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

OTTAWA (Ontario) – Aujourd’hui, l’hon. Michelle Rempel, la ministre du Cabinet fantôme responsable de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, et Pierre Paul-Hus, le ministre du Cabinet fantôme responsable de la Sécurité publique et de la Protection civile, ont fait une déclaration après que le gouvernement Trudeau s’est opposé à une motion demandant une étude de comité conjointe sur le processus de vérification de sécurité de l’Agence des services frontaliers du Canada :

« Depuis un an, les médias signalent un certain nombre de cas soulignant de graves lacunes dans le processus de vérification de sécurité de l’ASFC pour les gens qui veulent entrer au Canada. Les Canadiens s’attendent à ce que le processus soit efficace dans tous les cas.

« C’est pourquoi les conservateurs ont présenté une motion demandant que le Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration et que le Comité permanent de la sécurité publique et nationale entreprennent immédiatement une étude conjointe de notre processus de vérification de sécurité. L’assurance que notre système de vérification fonctionne est une attente tout à fait raisonnable de la part des Canadiens.

« Par exemple, il y a quelques semaines, les Canadiens ont appris qu’un individu considéré comme une ‘préoccupation pour la sécurité nationale’ par l’ASFC a reçu la résidence permanente en 2017 après une série d’échecs de vérification de sécurité par le système d’immigration. Les Canadiens avaient aussi entendu l’histoire troublante d’un homme qui s’est fait arrêter alors qu’il traversait la frontière illégalement au Manitoba, mais qui avait été admis au Canada même s’il avait un lourd dossier criminel et faisait l’objet d’un mandat d’arrêt aux États-Unis.

« Nous avons aussi appris, par des documents internes du gouvernement, qu’il y a eu d’autres cas où le processus de vérification de sécurité n’a pas été suivi.

« Nous avons appris la semaine dernière que 544 agents de l’ASFC doivent traiter le cas des passages illégaux à la frontière tous les mois. Il est clair qu’il faut réduire la pression sur le système pour que l’ASFC puisse faire son travail et assurer que le processus est pleinement respecté.

« Malheureusement, les libéraux de Trudeau se sont opposés à l’étude conjointe du processus de vérification de sécurité du Canada, enlevant un outil important aux parlementaires qui veulent aider à régler ce problème.

« Les conservateurs du Canada vont continuer à exiger des réponses et à demander des comptes à ce gouvernement. Justin Trudeau doit expliquer aux Canadiens pourquoi il échoue à combler les lacunes du processus de vérification de sécurité de l’ASFC que les médias ont révélées. »

-30-

Pour obtenir plus d’information :

Bureau de l’hon. Michelle Rempel
Michelle.Rempel.A1@parl.gc.ca
613-992-4275

Bureau de Pierre Paul-Hus
Pierre.Paul-Hus.A1@parl.gc.ca
613-995-8857