Documents d’information

UN CANADA PLUS SÉCURITAIRE : PROTÉGER NOS ENFANTS

Parti conservateur du Canada | 23 mai 2019

Une société est jugée par la façon dont elle traite ses membres les plus vulnérables. Peu de gens sont plus vulnérables que les jeunes enfants. Bien que des progrès soient réalisés pour réduire la criminalité dans de nombreux domaines, les agressions sexuelles contre des enfants augmentent de manière troublante.

Pourtant, depuis quatre ans, les libéraux ne proposent aucune nouvelle mesure législative sur les infractions sexuelles contre les enfants.

Pourquoi faut-il agir

Les peines pour les crimes horribles envers des enfants sont tout à fait inadéquates. Elles se résument souvent à seulement quelques mois d’emprisonnement dans les cas les plus troublants.

Pour le moment, les facteurs aggravants ne sont pas pris en compte au moment de déterminer la peine appropriée en cas d’agression sexuelle comme les dommages corporels et psychologiques chez les victimes.

On voit trop souvent des agresseurs d’enfants en série, des violeurs d’enfants et des producteurs de pornographie juvénile être remis en liberté après des peines de prison ridiculement courtes même s’ils posent un grave risque de récidive.

Cette semaine seulement, les libéraux de Justin Trudeau ont dit qu’ils abrogeraient les peines minimales obligatoires pour tous les crimes. Cela signifie des peines plus clémentes pour les criminels qui font du mal à nos enfants.

Le plan d’Andrew Scheer pour protéger les enfants canadiens :

Un gouvernement conservateur dirigé par Andrew Scheer traitera la sécurité des enfants en priorité et assurera que ceux qui veulent leur faire du mal font face à la pleine rigueur du système de justice du Canada.

Nous assurerons que les victimes sont entendues et que les peines pour agression sexuelle tiennent compte de la durée et de la gravité en tant que facteurs aggravants dans le Code criminel.

De plus, nous mettrons un terme à la pratique consistant à ne faire que des remontrances à ceux qui s’en prennent aux enfants en assurant que tout individu reconnu coupable de grave agression sexuelle contre un enfant passe au moins cinq ans en prison.